Pourquoi aller en Birmanie?

Avant tout, ce qui marque les voyageurs en Birmanie, c’est la gentillesse et le sourire omniprésent des gens une sérénité apaisante rare en ce monde. A l’écart des grandes routes touristiques, la Birmanie est située aux confins de l’Inde, du Tibet, de la Chine et de la Thaïlande. Il est le pays le plus indochinois d’Asie du Sud-Est car il est le seul à avoir une frontière commune avec l’Inde et la Chine.

Aujourd’hui la Birmanie, c’est 55 millions d’habitants, à plus de 80% bouddhistes, sur un territoire plus grand que la France et le Benelux réunis (676 0000km2). Plus de 130 groupes ethniques aux marges du pays peuplé à 69% de Birmans vivant dans le bassin du fleuve Irrawady.

vendeus pasteque Bilu-page-001 (2)

Un voyage en Birmanie ne nous transporte pas seulement sous d’autres latitudes, mais aussi en d’autres temps.

Alors que beaucoup de pays du globe se sont développés à un rythme incontrôlé, la Birmanie, elle, a stagné.

Conséquence de choix politique excessivement rigides des militaires au pouvoir, ce pays s’est figé dans le temps, mais depuis la libération de Mme Aung san suu Kyi, puis des élections qui ont eu lieu le 8 novembre 2015, les Birmans prennent goût à la démocratie, un vent de liberté souffle sur ce pays si longtemps mis au ban des nations. Le parti NLD (Ligue nationale pour la démocratie) a été plébiscité à 80%.

Les touristes viennent de plus en plus nombreux dans les sites incontournables que sont Pagan et le lac Inlé. Des hôtels ont été construits pour les accueillir, des routes sont en cours de rénovation, le téléphone portable à la portée de tout un chacun alors qu’encore récemment, une carte SIM coûtait une fortune.

De nombreux travailleurs birmans et des minorités ethniques émigrent vers les pays voisins comme la Thaïlande, la Malaisie et Singapour où les salaires sont plus élevés que chez eux car le salaire moyen en Birmanie ne dépasse pas les 100 $ par mois.

Très tôt touchés par le bouddhisme, les Birmans le pratiquent encore d’une manière qui pourrait être proche de celle qu’elle dut être au temps du Bouddha.

L’animisme cotoie le bouddhisme. Le culte des Nat ou génies est encore pratiqué ; il n’est pas rare de voir un Nat pwe une fête en leur honneur. Les médiums, souvent des hommes efféminés, dansent devant un autel chargé d’offrandes au son d’une musique endiablée.

Un médium danse pour la Dame-bufflesse de Pegu lors d'un Nat pwe

Un médium danse pour la Dame-bufflesse de Pegu lors d’un Nat pwe

Une légende raconte que deux marchands de Rangoun auraient rencontré le Maître peu après son éveil et auraient reçu de celui-ci quelques-uns de ses cheveux.
De retour dans leur pays, ils placèrent les précieuses reliques dans un grand stoupa, qui, transformé au cours des siècles, devint la pagode Shwédagon.

Shwedagon Rangoun

Shwedagon Rangoun

Aujourd’hui encore, le pays garde le souvenir de ce symbole propre au bouddhisme et d’innombrables pagodes blanches disséminées dans les campagnes, occupent le sommet des collines.

Le site extraordinaire de Pagan s’étend sur 42 km2 le long de l’Irrawady et renferme, d’après l’inventaire officiel, 2826 monuments, de nombreux en bon  état suite à des restaurations et au climat sec de la région de Pagan situé en zone semi-aride.

stoupas temple de la premiere capitale de la Birmanie

Pagan Birmanie

Datant du 11ème-13ème siècle, ces vestiges monumentaux sont de deux types : stoupas en forme de cloche construits en brique sur une série de terrasses étagées et surmontés d’une ombrelle ; temples sur plan carré avec parfois porches en saillie et antichambres.

Le plus célèbre de tous est Ananda qui fut construit à partir de 1091 et reste l’un des plus beaux temples-grotte, avec sa très riche iconographie, ses quatre Bouddhas debout de 10m de haut ses sculptures sur pierre et sur plaque de cuivre.

En l’absence presque totale de développement industriel, la Birmanie est essentiellement agricole. Il suffit de visiter l’un des nombreux marchés pour se rendre compte de l’abondance et de la variété des produits. Le pays détient des ressources naturelles convoitées par les pays voisins (pétrole, gaz naturel, teck, bois de rose, jade, rubis, minerais, poissons). L’artisanat joue encore un rôle extrêmement important. Il consiste essentiellement au travail minutieux de la laque (Pagan), à la taille de pierres précieuses (rubis, jade), à la sculpture sur bois, au tissage de robes de bonzes en fibre de lotus (lac Inle), à la fabrication de chapeaux en bambou, de pipes en bois, d’ardoises d’écoliers, de cannes, d’élastiques (Ile de Bilu), de parasols et de papier en écorce de bois de murier, de cigares cheerot (plateau shan) et au battage de feuilles d’or (Mandalay).